Partir en voyage

Français’s Docs Beginner Partir en voyage

Partir en voyage

Adapté des Frères Grimm

 

Il était une fois une mère et un garçon.  La mère était très pauvre.  Elle n’avait rien à offrir à son petit garçon.  Il n’y avait rien à manger.  La mère était très triste.  Elle était si désespérée.

Un jour elle a dit au garçon :

-Pars ! Pars, mon petit.  Il n’y a rien à manger.  Il faut partir en voyage.  Peut-être qu’un Bon Samaritain aura pitié de toi.

-Partir ?  A dit le garçon triste.  Non !

-Si, mon petit.  Pars.  Il n’y a rien à manger… rien.

La mère répétait « rien, rien » et pleurait.

Le garçon est parti.  Il est parti en voyage.  Il était triste.  Il répétait « rien, rien » et il pleurait.

Eventuellement, il a vu un monsieur.  C’était un pêcheur.  Il pêchait.

-Bonjour !  A dit le monsieur.

Mais le garçon était trop triste.  Il n’a pas dit « Bonjour ».  Il a juste répété « rien, rien ».

A ce moment, le pêcheur a inspecté son filet de pêche.  Il n’y avait rien !  Rien à manger !  Il a pensé que c’était de la faute du garçon.  Il a dit au garçon :

-Oh non !  Ne dis pas « rien ».  Dis « le maximum possible » .  Répètes après moi : « le maximum possible ».

-Le maximum possible, le maximum possible, a répété le garçon.

 

Le garçon a continué son voyage…et il a continué à répéter «le maximum possible, le maximum possible ». Il a vu une grande exécution publique.  Il y avait un prêtre. Le prêtre a observé le garçon. Le garçon pleurait.  Le prêtre a eu pitié de lui.  Il a dit :

– Bonjour mon petit.

Mais le garçon était trop triste.  Il n’a pas dit « Bonjour ».  Il a répété « Le maximum possible, le maximum possible ».

Le prêtre était choqué ! Il a dit :

-Le maximum d’exécutions ? Mais non !  Dis « pitié, pitié ».  Répètes après moi : « Pitié, pitié ».

-Pitié, pitié, A répété le garçon.

Le garçon a continué de voyager et a répété « Pitié, pitié ».  Il était si triste.  Il n’avait pas de famille.  Il n’avait rien à manger.

Eventuellement, il a vu un monsieur : c’était un boucher.  Le boucher coupait un cochon. Il  préparait le cochon pour le manger.

– Bonjour mon petit.

Le petit garçon pleurait et pleurait.  Il n’a pas dit « Bonjour ».  Il pleurait et répétait « Pitié, pitié ».

Le boucher était très touché.  Il a eu pitié du petit garçon.  Il a dit :

-Tu manges du porc ?

-Le maximum possible. A dit le garçon avec un grand sourire.

Alors, le boucher était très généreux.  Il a offert tout le cochon au garçon.  Le garçon a dit « Merci, merci » et il est retourné chez lui.  Sa mère était joyeuse.  Son petit garçon était retourné à la maison et il avait un cochon énorme !

Ils répètent encore aujourd’hui « Merci, merci ».