Les trois plumes

Français’s Docs Intermediate Les trois plumes

D’après un conte des Frères Grimm.

Il était une fois un roi qui avait trois fils. Les deux fils les plus âges, c’est-à-dire les deux aînés étaient intelligents et fiers. Mais le troisième fils, c’est-à-dire le benjamin de la famille était simple d’esprit. Il n’était pas très intelligent et tout le monde le surnommait « simplet ». Ses deux frères aînés se moquaient de lui parce qu’il était un peu bête.

Leur père, le roi, vieillissait et il sentait qu’il allait bientôt mourir alors il a réuni ses fils et il leur a dit :

– Je vais bientôt mourir mais je ne sais pas lequel de vous trois choisir comme héritier du trône. J’ai donc décidé que celui qui rapportera le plus beau tapis sera mon héritier. Il sera sacré roi. Suivez-moi.

Le roi est allé aux portes du château. Ses trois fils l’ont suivi. Le roi avait trois plumes et il a dit :

– Je vais souffler sur ces trois plumes et vous devrez les suivre. Là où elles s’envoleront, c’est là que vous devrez aller.

Le roi a soufflé sur les trois plumes. Une plume s’est envolée vers l’ouest, la deuxième plume s’est envolée vers l’est et la troisième plume est allée droit devant. Mais elle n’est pas allée bien loin. Elle est tombée à proximité de « simplet ». Les deux aînés se sont moqués de leur frère et ils ont couru vers l’ouest et vers l’est.

« Simplet » a tristement ramassé le plume sur le sol.

C’est alors qu’il a remarqué une trappe. Il l’a soulevée et il a découvert un escalier. Il a descendu les marches de l’escalier et il arrivé à une petite porte.

« Simplet » était un peu bête mais il était poli alors il a frappé à la petite porte. Une grosse voix lui a dit d’entrer. « Simplet » a ouvert la porte et il est entré. Il y avait une grosse grenouille entouré d’une multitude de petites grenouilles. La grosse grenouille a dit à « simplet » :

– Bienvenu chez nous. Qu’est-ce que tu veux ?

– J’ai besoin du plus beau des tapis pour le roi, mon père, a dit « simplet ».

– Mes petites grenouilles, allez chercher le coffre a ordonné la grosse grenouille.

Les petites grenouilles ont apporté un gros coffre à la grosse grenouille. Celle-ci l’a ouvert et en a sorti un magnifique tapis. Le plus beau tapis du monde. Puis la grenouille a dit à « simplet » :

– Voilà, il est pour toi, nous te l’offrons avec plaisir.

– Merci, merci beaucoup et au revoir ! A dit « simplet ».

Quand « simplet » a montré son magnifique tapis au roi, les deux frères aînés n’en croyaient pas leurs yeux. Ils ne s’étaient pas fatigués à chercher le plus beau tapis car ils étaient persuadés de gagner. Le roi était aussi très étonné mais il a déclaré :

– Mon troisième fils a rapporté le plus beau tapis. Il est donc l’héritier du royaume.

Les deux aînés étaient très vexés et ils ont insisté pour que le roi leur donne une nouvelle épreuve.

Alors le roi a déclaré :

– celui qui rapportera la plus belle bague sera mon héritier. Il sera sacré roi. Suivez-moi.

Le roi est allé aux portes du château suivi de ses trois fils. Il a de nouveau soufflé sur les trois plumes et il dit :

– Là où elles s’envoleront, c’est là que vous devrez aller.

De nouveau, Une plume s’est envolée vers l’ouest, la deuxième plume s’est envolée vers l’est et la troisième plume est allée droit devant mais pas bien loin.

« Simplet » a de nouveau soulevé la trappe. Il a descendu les marches de l’escalier et il a frappé à la petite porte en bas de l’escalier. La grosse grenouille a dit à « simplet » d’entrer puis elle lui a demandé :

– Qu’est-ce que tu veux cette fois ?

– J’ai besoin de la plus belle bague pour le roi, mon père, a dit « simplet ».

La grosse grenouille a ouvert le coffre et en a sorti une bague étincelante. La plus belle bague du monde. Puis la grenouille a dit à « simplet » :

– Voilà, elle est pour toi, nous te l’offrons avec plaisir.

– Merci, merci beaucoup et au revoir ! A dit « simplet ».

Quand « simplet » a montré sa bague étincelante au roi, les deux frères aînés n’en croyaient pas leurs yeux. Ils ne s’étaient pas fatigués à chercher la plus belle bague car ils étaient persuadés de gagner. Le roi était encore une fois très étonné mais il a déclaré :

– Mon troisième fils a rapporté la plus belle bague. Il est donc l’héritier du royaume.

Mais les deux aînés étaient furieux et ils ont insisté pour que le roi leur donne une dernière épreuve.

Le roi ne voulait pas mais comme ses deux aînés insistaient, il a cédé. Il a déclaré :

– celui qui rapportera la plus belle femme sera mon héritier. Il sera sacré roi. Suivez-moi.

Le roi est allé aux portes du château suivi de ses trois fils. Il a de nouveau soufflé sur les trois plumes et il dit :

– Là où elles s’envoleront, c’est là que vous devrez aller.

De nouveau, une plume s’est envolée vers l’ouest, la deuxième plume s’est envolée vers l’est et la troisième plume est allée droit devant mais pas bien loin.

Cette fois, « simplet » est vite allé voir la grosse grenouille en bas de l’escalier, sous la trappe. Il lui a demandé :

– J’ai besoin de la plus belle femme !

– Oh ! La femme la plus belle ? Je n’ai pas ça sous la main, moi ! Un moment, a répondu la grenouille.

La grenouille a donné une carotte à « simplet ». La carotte avait un trou et six petites souris étaient attachées à la carotte.

– Qu’est-ce que je vais faire d’une carotte avec un trou et de six petites souris ? A demandé « simplet » tristement.

– Place une de mes petites grenouilles dans le trou de la carotte, a dit la grosse grenouille.

« Simplet » a pris la première petite grenouille qu’il a vu. Il l’a placée dans le trou de la carotte et à ce moment-là la grenouille s’est transformée en une merveilleuse princesse.

La carotte était un carrosse et les six petites souris étaient de magnifiques chevaux. « Simplet » est immédiatement tombé amoureux de la belle princesse. Il est monté sur le carrosse et il est arrivé devant le roi, son père.

Les deux aînés n’en croyaient pas leurs yeux mais le roi a déclaré « simplet » l’héritier du royaume une fois pour toutes.

« Simplet » a définitivement hérité du royaume qu’il a gouverné longtemps et avec sagesse.