Le secret de maître Cornille

Français’s Docs Intermediate Le secret de maître Cornille

D’après Les lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet.

Il était une fois un vieil homme qui était meunier. Il s’appelait Maître Cornille et il fabriquait de la farine depuis plus de soixante ans dans son beau moulin à vent. Maître Cornille habitait dans un petit village en Provence, dans le sud de la France. Vivette, la petite-fille de Maître Cornille habitait avec lui. Maître Cornille adorait sa petite-fille.

Un jour, des Parisiens sont arrivés et ils ont construit une belle usine à vapeur pour fabriquer la farine rapidement. L’usine était neuve et moderne. Tous les paysans des villages ont décidé d’aller à l’usine pour apporter leur blé pour fabriquer la farine. Les meuniers ont tenté de résister à la concurrence de l’usine mais malheureusement, ils ont abandonné l’un après l’autre. Tous les moulins ont fermé l’un après l’autre, sauf un moulin ! Celui de Maître Cornille. Le vieux meunier a continué à se battre pour sauver l’honneur de son moulin.

Mais Maître Cornille est devenu comme fou. Souvent, il allait au village pour convaincre les paysans d’aller à son moulin avec leur blé. Il criait : ” N’allez pas à l’usine ! Les Parisiens veulent empoisonner la Provence avec leur vapeur. C’est une invention du diable ! Moi, je travaille comme nos ancêtres avec le vent ! “.

Mais les paysans ignoraient Maître Cornille et ils continuaient d’aller à l’usine à vapeur avec leur blé. Maître Cornille était désespéré. Il s’est enfermé tout seul dans son moulin. Il a dit à sa petite-fille : ” Pars Vivette ! Va-t-en ! Laisse-moi seul dans mon moulin ! “. Vivette est partie. Elle était très triste. Elle est allée travailler dans une ferme très loin du moulin. Mais en réalité, son grand-père, Maître Cornille allait la voir en cachette. Il regardait Vivette travailler en secret et il pleurait pendant des heures.

Les villageois pensaient que Maître Cornille était fou. Ils soupçonnaient le vieux meunier d’avoir un grand secret. Ils voyaient que son moulin fonctionnait encore. Les ailes du moulin continuaient de tourner mais personne n’apportait du blé : c’était bizarre ! Le soir, les villageois voyaient Maître Cornille sur la route avec son âne chargé de sacs de farine. Alors les villageois lui demandaient : ” Vous avez beaucoup de travail en ce moment, Maître Cornille ? Votre âne est très chargé ! “. Et Maître Cornille répondait : ” Oui, j’ai énormément de travail ! “. Certains villageois étaient curieux et ils voulaient en savoir plus. Mais, il était impossible d’entrer dans le moulin de Maître Cornille. La porte du moulin était toujours fermée à clé.

Le temps a passé. Un jour, le fils du joueur de flûte du village est tombé amoureux de Vivette. Le jeune homme et Vivette sont allés chez Maître Cornille pour lui annoncer leur mariage. Mais quand ils sont arrivés au moulin, la porte était fermée à clé et Maître Cornille ne répondait pas. Il était parti. Vivette a vu que la fenêtre était ouverte. Elle est entrée dans le moulin par la fenêtre. Elle a crié : ” Le moulin est vide ! Il n’y a ni blé, ni farine ! “. Le moulin semblait abandonné et Vivette avait peur pour son grand-père. Elle pleurait.

Soudain, Vivette a remarqué quatre sacs ouverts. Elle a regardé à l’intérieur des sacs et elle a vu des pierres et de la terre blanche. Elle s’est exclamée : ” Voilà ce que mon grand-père transporté tous les soirs sur son âne ! Voilà son terrible secret ! “. Elle était bouleversée ! Son fiancé a dit : ” Pauvre Maître Cornille ! Il a prétendu qu’il faisait encore de la farine pour sauver l’honneur de son moulin ! Il faut faire quelque chose pour l’aider. ”

Les jeunes amoureux sont immédiatement retournés au village. Ils ont expliqué la situation aux villageois et ils leur ont demandé d’apporter leur blé au moulin. Deux heures plus tard, Maître Cornille est retourné au moulin. Il a vu que quelqu’un était entré pendant son absence. Il s’est exclamé en pleurant : ” Pauvre de moi ! Quelqu’un a découvert mon secret, le moulin est déshonoré ! “. Mais les villageois sont arrivés avec des sacs de blé. Ils ont demandé à Maître Cornille : ” Le moulin est ouvert ? Nous apportons du blé pour faire de la farine. ” Le vieil homme n’en croyait pas ses yeux. Il était tellement heureux qu’il pleurait de joie. Tout le monde est resté au moulin pour aider Maître Cornille à faire de la farine et après tout le monde a fait la fête.

Depuis ce jour-là, tous les villageois ont continué d’apporter leur blé à Maître Cornille qui a sauvé l’honneur de son moulin.