Le Bourgeois Gentilhomme

Français’s Docs Intermediate Le Bourgeois Gentilhomme

D’après une pièce de théâtre de Molière.

Monsieur Jourdain est un homme très riche. Ce n’est pas un noble. Il n’est pas le fils d’un duc ou d’un prince. Il ne vient pas d’une famille respectable. C’est juste un bourgeois qui s’est enrichi. Alors Monsieur Jourdain veut absolument devenir un gentilhomme. Il veut avoir l’air d’un homme respectable. Il imite les nobles. Il copie leurs tenues vestimentaires. Il achète une robe de chambre d’indienne, des chaussures de velours rouge, et une chemise de velours vert ! Il a l’air ridicule mais il dit avec fierté et complaisance : « Je me suis fait habiller comme les gens de qualité ».

On lui dit que les gens de qualité savent la danse, la musique, l’escrime et la philosophie. Alors vite, il paie des professeurs pour lui apprendre à danser, à jouer de la musique, à faire de l’escrime et à philosopher. Mais les professeurs sont nuls et arrogants ! Le professeur de musique prétend que l’ignorance de la musique est la cause de toutes les guerres. Le danseur explique à Monsieur Jourdain que la danse est le premier de tous les arts. « C’est parce qu’on ne sait pas la danse, dit-il, qu’on fait des sottises, c’est-à-dire des faux pas. Apprenez la danse et vous ne ferez plus ni faux pas ni sottises. » Le maître d’armes dit qu’il faut tuer son adversaire pour montrer qui est le plus fort. Monsieur Jourdain pense que c’est une excellente idée : « De cette façon, on est sûr de tuer l’autre et de n’être pas tué ! »

Le philosophe dit : « Rien n’est comparable à la philosophie, c’est elle qui nous enseigne à modérer nos passions. » Il suggère à Monsieur Jourdain de lui enseigner successivement la logique, la métaphysique, la morale, la physique. Mais Monsieur Jourdain pense que c’est trop ennuyeux. Il demande au philosophe de lui apprendre l’orthographe et le calendrier pour savoir quand il y a la lune !

Puis Monsieur Jourdain paie les titres qu’on lui donne, et il se ridiculise en avouant qu’il les paie. « Voilà pour mon gentilhomme, dit-il, voilà pour le monseigneur, et voici pour ma grandeur. » Il est prêt à payer plus et plus pour devenir roi !

Être gentilhomme est pour Monsieur Jourdain le but ultime pour être heureux et il donnerait même, deux doigts de sa main pour avoir ce bonheur ! Alors, il est très flatté d’être l’ami de Dorante, gentilhomme de la cour qui, profite de la situation pour lui prendre le plus d’argent possible.

Monsieur Jourdain veut aussi séduire une dame de haut rang comme par exemple une duchesse ou une princesse. Son ” ami ” Dorante lui recommande une dame de qualité et il lui conseille de lui offrir un beau cadeau pour la séduire. Rapidement, Monsieur Jourdain donne à Dorante un cadeau pour qu’il le donne à la dame. Mais Dorante donne le cadeau en disant que c’est lui qui l’offre et non Monsieur Jourdain !

Monsieur Jourdain a une fille. Evidemment, il veut que sa fille se marie avec un noble. Il refuse qu’elle se marie avec un jeune homme, nommé Cléonte, parce qu’il n’est pas noble. « Êtes-vous gentilhomme ? » C’est la première question que Monsieur Jourdain lui adresse. Il veut que sa fille soit marquise. Alors Cléonte se déguise et se présente comme le fils du grand Turc qui vient demander la fille de Monsieur Jourdain en mariage. Celui-ci, trop heureux, consent à se convertir à la religion musulmane pour avoir l’honneur d’être le beau-père du fils du grand Turc. Monsieur Jourdain pense qu’il va finalement être membre d’une famille noble ! Sa fille et Cléonte se marient, et Monsieur Jourdain se rend compte qu’il est puni, mais trop tard, de son son orgueil.