La ruse du cerf

Français’s Docs Intermediate La ruse du cerf

La ruse du cerf.

Un Conte de Chine.

Un tigre se promenait un jour sur un versant de colline. Soudain, il a vu un petit cerf tacheté qui broutait l’herbe verte sous les arbres. Le cerf a remarqué le tigre. Il était terrifié. Il était paralysé de frayeur. Impossible de s’enfuir ! Alors, il a pris son courage à deux mains ( ou à deux pattes ! ) et il a décidé de tromper le tigre. Il savait que celui-ci n’avait encore jamais vu un cerf de sa vie.

Le cerf a fait comme s’il n’avait pas remarqué le tigre. Il s’est retourné et il a continué à brouter tranquillement. Le tigre était très étonné. Il a pensé : ” Pourquoi donc cet animal bizarre ne se sauve-t-il pas ? ” Il s’est approché du cerf et il lui a demandé :

– Dites-moi, mon brave, à quoi vous servent les cornes que vous portez sur la tête ?

– A déchirer les tigres. a répondu le cerf.

– Et, dites-moi, pourquoi avez-vous toutes ces taches blanches sur le dos? a demandé le tigre.

Le cerf lui a répondu : – Chaque fois que je dévore un tigre, une tache blanche s’ajoute aux précédentes. Et j’en ai tellement dévoré, des tigres, que je n’arrive même plus à les compter tous.

En entendant ces mots, le tigre a pris peur et il s’est sauvé. Il a rencontré sur sa route un renard à qui il a raconté toute l’histoire.

Le renard a ri. – Le petit cerf tacheté s’est moqué de toi, a-t-il dit.

Mais le tigre ne le croyait pas et il continuait de trembler de frayeur.

– Puisque tu as si peur, a dit le renard, permets-moi de grimper sur ton dos, et nous irons ensemble voir le cerf pour en avoir le cœur net.

Lorsque le petit cerf les a vus, il a compris que le tigre avait tout raconté au renard. Il a pensé : ” Comment faire pour échapper au danger ? ”

Brusquement, il s’est écrié de sa plus belle voix : – Merci, frérot ! Merci, cher petit renard ! Tu m’avais promis hier un bon gros tigre, et je vois que tu sais tenir parole. Quel tigre splendide tu m’amènes ! Et juste à l’heure du déjeuner !

A ces mots, le tigre a sauté et il s’est enfui à toutes jambes…