La politesse

Français’s Docs Intermediate La politesse

Un roi avait trois fils. Le plus jeune était maigre, fragile et souvent malade. Par conséquent, le roi le négliger et il préférait consulter ses deux autres fils quand il avait des problèmes à résoudre. Le benjamin, c’est-à-dire le plus jeune des trois frères était extrêmement modeste, contrairement aux deux autres qui étaient arrogants et égoïstes.

Un jour, le roi est tombé gravement malade. Aucun médecin ne pouvait le soigner. Tout le palais se désolait de cette situation tragique, quand une servante a déclaré qu’il existait une solution :
– Majesté, dit-elle, j’ai entendu parler d’un
guérisseur qui peut guérir toutes les maladies.
– Sais-tu où il habite ?
Lui a demandé le roi.
– Dans une montagne, au nord du royaume, a-t-elle
expliqué.

Les deux fils aînés ont alors proposé de se rendre chez ce guérisseur. Ils ont dit à leur père :
– Nous aurons probablement besoin d’un grand sac de pièces d’or pour obtenir le remède.
Le roi
leur a donné un grand sac rempli de pièces d’or et des chevaux, et les deux jeunes garçons se sont mis rapidement en route. Ils ont chevauché durant plusieurs jours.

Un matin, ils sont passés devant un champ de pastèques :
– Faisons
une pause ici et mangeons des pastèques, a proposé l’un des deux princes.
– Bonne idée,
a répondu l’autre.

Chacun des frères a choisi une pastèque et l’a coupée en tranches. Les pastèques étaient délicieuses et les deux frères les savouraient quand soudain le propriétaire du champ est arrivé.
– Comment les trouvez-vous ? A demandé l’homme qui était âgé.
– Délicieuses,
ont répondu les deux frères.
– Il va falloir payer ces deux pastèques, car ce champ est ma seule ressource.
– Nous sommes les fils du roi,
ont expliqué les deux garçons. Tu ne peux pas exiger que nous payions.
– Vous n
e pouvez pas manger mes pastèques sans payer, a dit le vieil homme.
– Si tu insistes plus longtemps, nous te ferons emprisonner,
ont répondu les deux frères.
– Un jour, vous rencontrerez plus puissant que vous et vous serez punis,
a déclaré le vieil homme.

Les deux princes ont continué leur route et ils sont finalement arrivés chez le guérisseur. Sa maison était entourée d’un verger. Comme ils avaient faim, ils ont cueilli et mangé de nombreux fruits. Le guérisseur les a vus manger ses fruits. Il n’était pas content. Il était contrarié.
– Qui vous a autorisés à cueillir mes fruits ? leur
a-t-il demandé.
Nous sommes les fils du roi et nous avons l’habitude de cueillir tout ce que nous voulons sans rien demander à personne.

Même les princes ne doivent pas ignorer la politesse, a déclaré le guérisseur. Et je vais vous punir.

Le guérisseur a alors levé les bras et les deux frères se sont transformés en chiens. Le guérisseur a attaché les deux chiens à un piquet et il les a condamnés à garder son verger.

Plusieurs semaines ont passé. Comme la maladie du roi empirait et que ses deux fils aînés ne revenaient pas, le plus jeune fils a décidé de partir à son tour, à la recherche du médicament. II a parlé de son projet à son père.
– Tu n’es pas assez résistant pour effectuer un si long voyage,
a déclaré le roi.
Mais le jeune prince
a insisté et le roi a fini par céder. II a donné un cheval à son fils qui est parti.

Quand il est arrivé près du champ de pastèques où ses frères s’étaient arrêtés, il a eu envie de manger une pastèque. Mais au lieu de se servir, il est allé voir le propriétaire du champ et il lui a dit qu’il souhaitait acheter une pastèque. Le vieil homme a choisi la meilleure pastèque et l’a coupée en tranches.
– J’apprécie votre politesse,
lui a-t-il dit, et je n’accepterai pas d’être payé.
Le jeune homme
a savouré les tranches de pastèque, il a remercié le vieil homme et il est parti.

II a continué sa route durant quelques jours avant d’arriver à la maison du guérisseur. Les deux chiens ont aboyé et le guérisseur est sorti de sa maison. Le prince l’a salué, l’a complimenté sur son verger et lui a expliqué le but de sa visite. Le guérisseur était très sensible à sa politesse et il a immédiatement accepté de lui donner le remède pour guérir le roi.

Le jeune homme l’a remercié puis il lui a demandé si ses deux frères étaient passés par là.
– Oui,
a répondu le guérisseur.
– Et où sont-ils allés ?
– Nulle part. Ils sont là, dans mon verger. Je les ai transformés en chiens pour les punir de s’être montrés incorrects. Tu peux les emmener avec toi. Ils ne retrouveront leur apparence humaine qu’après la guérison du roi. Emmène aussi leurs chevaux et leur sac d’or.

Le prince a offert les chevaux et l’or au guérisseur pour le remercier. Il est ensuite retourné chez son père avec les deux chiens.

Le roi était très triste quand il a appris que ses deux fils aînés avaient été transformés en chiens. Il a pris le remède et le prince lui a raconté tout ce qui s’était passé. Le guérisseur n’avait pas menti : dès que le roi a été guéri, les deux chiens ont retrouvé leur apparence humaine.

Le père a alors réuni ses trois enfants. Il a sermonné longuement les deux aînés, et il a enfin reconnu la valeur du plus jeune qui est devenu l’héritier du trône.