La légende de la Bête du Gévaudan

Français’s Docs Intermediate High to Advanced La légende de la Bête du Gévaudan

C’était il y a bien longtemps, en 1764, dans le centre de la France. Plusieurs jeunes femmes de la région du Gévaudan ont été attaquées et mutilées par une bête qui ressemblait à un grand loup. On le décrivait comme énorme, avec une grosse tête, une grosse queue et une raie noire sur le dos. Était-ce un loup? Était-ce un ours? Il ne ressemblait à aucun animal familier. Le plus curieux était qu’il tuait surtout des femmes et des enfants. Comment un animal pouvait-il choisir ses victimes? Et comment pouvait-il mutiler ses victimes?

Pendant trois ans, la bête a effrayé tous les habitants de la région. Personne ne voulait sortir de chez lui sans au moins un couteau. Près de cent personnes ont été tuées et mutilées! Les villageois ont essayé de tuer cette bête,  mais ils n’y sont pas arrivé. À Versailles, le roi Louis XV, qui venait juste de perdre le Canada et la Louisiane dans la guerre de Sept Ans contre les Anglais, a été informé de cette « affaire », et a promis une récompense de 6 000 livres à celui qui tuerait la Bête. Mais personne n’y est arrivé.

Finalement, après que plusieurs loups ont été tués, les massacres se sont arrêtés. La bête de Gévaudan n’était donc qu’un loup?

Aujourd’hui on pense qu’il s’agissait en fait d’un groupe de plusieurs individus, maquillés et déguisés, avec des chiens dressés pour tuer. En tout cas, c’est ce que l’expertise faite par des scientifiques sur un rapport d’autopsie de l’époque a révélé. Mais même avec ce que l’on sait aujourd’hui,  homme ou animal, le nom de « Bête du Gévaudan » reste justifié.